Noël 2020 : GRIPPE !

Classé dans : A partager | 1

Grippe

 

 

 

 

Voilà ! C’était le 22 décembre 2020. Entre l’Isle de Noël et Castet-Nadau.

Le Père Noël en baillant se frottait les mains devant la bouche. Il était fatigué, mais poli. Toujours. Même avec lui-même. Par exemple, il se disait « Pardon ! » quand il passait devant lui à une porte ; ou encore quand il se cognait.

D’ailleurs, en ce 22 décembre tout était prêt. Il est bien rare qu’un enfant ne mérite plus son cadeau entre le 22 et le 25 décembre. Un traîneau par ville. Un train de traîneaux par pays. Etc… Vraiment du bon travail ! Comme toujours ! Un rien fier, le Père Noël !

Les cadeaux attendaient sagement, rangés selon le plan concocté par le GPS, Groupement des Populations Stellaires, comme qui dirait « Le Grand Auch ». C’était le cadeau des Martiens, ceux qui, venus par curiosité lui rendre visite l’année précédente, allaient revenir, par amitié, cette année. Par gourmandise aussi. Il faut dire que la nourriture sur Mars est monotone, monogoût, terriblement ennuyeuse.

Le Père Noël était resté en contact avec eux. Il regardait souvent le visage de la nuit. Il s’immergeait dans le scintillement des étoiles. Quand elles lui faisaient signe d’un clin d’étoile filante, il attelait son renne favori, qui répondait au doux nom de Tumapaler (c’est à dire : « Eventre paille »).

Alors, il chantait au risque de déclencher une aurore boréale à contre temps. Il partait heureux vers des amis. Il livrait tantôt une pièce d’armagnac, tantôt des tonneaux de confits et foies gras, tantôt des tonnes de cèpes, tantôt des Côtes de Gascogne et Saint-Mont, des images d’Arnauld de Moles, des contes, des histoires, des musiques, des rires et de l’amitié.

En un mot tout ce qu’on trouve par ici, à portée de visage.

 

Il se remit à bailler. Holà ! Il fallait faire une petite sieste, hé, oh ! A peine une heure soixante …

Mais auparavant, il voulut, dans un sursaut de conscience, visiter encore une fois ses rennes, leur faire croquer une carotte, humer l’air parfumé au bon foin d’Astarac.

Il entra dans la superbe étable. Mais au lieu du doux roucoulement du fond de gorge que les rennes émettent en reconnaissant leur maître, le Père Noël n’eut droit qu’à des raclements de gorge, des toux sèches. Et puis, ces regards battus ! Et ces têtes baissées et ces genoux en coton !

« Ah ! Non ! Ne me dites pas que vous êtes malades ! Bou Diou ! Ce n’est pas le moment ! Dans deux jours on sillonne le ciel, figurez-vous ! »

Mais les rennes tenaient toujours leur tête inclinée, toussotaient, raclaient, rhuminaient même …

C’était la catastrophe ! Le troupeau entier était atteint de grippe H-IiiiiiiiiiN-Hun.

Le Père Noël les entendait nettement maintenant. Tous les rennes émettaient le hennissement « HiiiiiiiiN-Hun ! » caractéristique de la grippe.

« Mes pauvres ! A quoi bon vous avoir fait vacciner contre la grippe aviaire, vous qui volez à travers les airs ! Qui vous a collé ce virus porcin ? »

Mais les rennes ne répondaient que par des plaintes, des toux, des HiiiiiiiiiiN-Hun pitoyables et des reniflements de fleuves.

Comment faire ?

Dans le pays, ici, il y a des bœufs, des ânes… Rien qui vole très haut…

Ah ? Peut-être ? Des oies ? Mais oui ! Des oies ! Il les avait vues souventes fois traverser les airs formant un V des plus étonnants. Oui ! Ce V pourrait être adapté aux traîneaux… avec de la patience… malgré le peu de temps qu’il restait ? Oui… Il lui faudrait demander à Nils Holgersson, c’est un spécialiste, lui !

 

Ainsi soliloquait le Père Noël. Bientôt il prenait sa résolution : trouver de vives oies véloces voulant voler en V.

Las ! Où qu’il allât, à quelque ferme ou élevage qu’il s’adressât, chaque fois, la même réponse tombait comme un couperet :

« Eh bé ! Macanique ! Vous vous y prenez bien tard ! Moussu ! Deux jours avant Noël ! Le 22 décembre, voyez-vous, les oies sont plumées, ouvertes et ont même rendu leur foie ! La prochaine fois vous en commanderez dès septembre … Eh ? Combien vous dites ? ? 20 douzaines ? Vingt douzaines d’oies ? ? Diou biban et Milledieu ! Vous êtes un peu fada, vous, ou vous ouvrez un resto en Chine ?

-J’ai calculé : Un renne développe la poussée de 40 oies. J’ai 6 rennes.

-Té ! Sirène ! Vous allez à la pêche aussi ?

-Je calcule ! Ne m’interrompez pas !

Donc : Un renne = 40 oies. J’ai 6 rennes. On aura donc : 6 x 40 = 240 soit 20 douzaines d’oies. C’est bien ce que je vous ai dit. Peut-être le double, au cas où… »

Mais il n’y avait plus personne pour l’écouter.

Tout à coup, la Norvège parut très lointaine au Père Noël. Il lui sembla même que Nils ne voudrait pas sortir de son livre. Les bras lui en tombaient. Une sueur d’angoisse perlait à son front. Pour la première fois les enfants n’auraient pas de cadeaux à Noël ? Il aurait dû passer un joint-venture avec Saint Nicolas …

« Allez ! Moussu ! Ne vous laissez pas abattre, disait Jean Sempé. Je vous apporte un petit armagnac de 1987 … Vous m’en direz des nouvelles ! Et puis un foie d’oie.

Là ! Prenez du pain… On va se le déguster sur le pouce et le banc devant la cheminée.

-Ah ! Ne me parlez pas de cheminées ! »

Bientôt, l’armagnac était passé à 1988. Puis à 1989. Et le Père Noël au 24 décembre ! !

« C’en est fait de ma réputation. Je n’ai plus d’avenir. Je suis mort pour ainsi dire. Eh bien ! Passons à l’année 1990 … »

 

Quand les armagnacs furent trop jeunes pour être dégustés, le Père Noël se décida à rentrer chez lui. Ce fut long et plutôt difficile.

Aube. Aurore. Moments délicats et suspendus. Le matin du 25 rosissait. Un petit enfant était né dans la nuit. Les autres enfants n’auraient pas leurs jouets. Le Père Noël se sentit inutile. Vieux.

Tiens ?… Y a de la lumière chez moi…Il avait dû oublier d’éteindre. Pas étonnant. Et en plus, il avait laissé la radio plein pot. Un peu comme moi, on peut dire ! Et il rit, d’un beau rire éclatant d’armagnac hors d’âge. Pas ma faute ! Avec cette catastrophe j’ai la tête à l’envers ! Verlen ! Vers l’an… nouveau ! oh ! oh ! oh ! oh !……

La porte de sa maison s’ouvrit… Tiens ? Je l’avais laissée grande ouverte ? ?

Les gonds qui grincent… Aïe ! La tête ! Faudra… Des cris jaillirent.

Des bras, des mains s’emparaient de lui… Evidemment ! On venait l’obliger à distribuer les cadeaux ! Le Père Noël éclata en sanglots. Il suppliait qu’on repousse le 25 décembre au 25 janvier… Des rires seuls lui répondaient. Ou des paroles stupides. Des bras, des mains l’emmenaient chez lui. Mes rennes sont malades ! Et moi aussi ! Je sens que je vais hennir ! Attention !

Des bras, des mains l’installèrent dans sa chaise à bascule. Un peu de mal de mer. Puis tout bascula dans une nuit boréale de Saint Antoine.

Le Père Noël entendait des rennes, des oies, des ânes et des bœufs se répondre et rire de pure joie. Il les voyait tirer une mangeoire. Un enfançon les menait, debout dans cette mangeoire. Ses mains lançaient des cadeaux qui sillonnaient le ciel. Sans doute allaient-ils se pelotonner au pied des chaussures d’enfants (Bon ! Quoi ! C’est un rêve !) ravis déjà dans leur sommeil. Et Saint Nicolas qui lui brandissait sous le nez un Père Noël en chocolat ! Qu’il est lourd celui-là…

 

Des bras des mains le forcèrent à boire.

« Pur Arabica ! Commerce équitable… »

Bouche bée. Le Père Noël ne put dire plus. Il voyait tout vert. Tout. Mais ce vert flottait, bougeait. Une petite main lui caressait le front avec une huile essentielle martienne. Alors, il vit ! Il vit la petite fille qui rougissait en pomme granny, il vit les amis, les copains, les Martiens ! Ceux qui étaient venus l’année précédente ! Sa douleur se fit plus intense. Il hurla son désespoir, son honneur terni. Des bras, des mains, des mots tentaient de le calmer.

Enfin, il entendit que les jouets étaient distribués…

Quoi ? Distribués ? Et qui ? Et de quel droit ?

Ce fut la petite pomme granny qui répondit de sa voix un peu acide :

« Du droit des enfants ! »

Puis, un peu plus sucrée : « Vous aviez tout préparé, Père Noël ! Nous avons suivi les indications du GPS. Tout a été distribué. Peut-être, ici ou là, y aura-t-il eu une confusion ? Ce ne serait d’ailleurs pas la première fois ! Hein ! A voir le nombre de personnes qui échangent ou vendent leurs cadeaux sur le Net ! ! »

Les Martiens n’avaient pas attendu le retour incertain du Père Noël pour se mettre au réveillon. Pour un réveillon, l’important c’est l’heure ! Là aussi, tout était prêt. « Vivat ! Vivat !

Vive Noël 2020 ! »

Le Père Noël se contenta de présider. Puis grappilla un peu sans plus. Mais il rayonnait : sa réputation était entière. Son honneur sauf.

Vivement 2021 !

J.-Pierre Batsère

2020

 

  1. le raton

    Voilà un Père Noël très humain en somme ! un peu gersois même !Il navigue entre deux planètes mais garde les pieds sur terre…il ne se laisse pas abattre et se console des ses déconvenues avec la divine liqueur…c’est sûr que l’armagnac est le meilleur vaccin contre la grippe ! Merci à l’auteur de ce réjouissant conte de Noël.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.