Le coq gersois en plein confinement, récapitulatif en trois épisodes

Classé dans : A partager | 1

 

Episode 1 : 28 mars 2020                                       

Nos voisins ont un coq

qui chante

Du soir au matin il chante.

Il ne connaît pas la crise.

Je ne sais pas …mais

depuis le début du confinement

Il s’en donne à coeur joie.

Alors je lui réponds :

Co Corona

Co Corona

Il faut qu’il le sache :

Tout le monde doit faire des efforts

Co Corana

Co Corona

Doucement les basses !

J’ai droit à mon espace d’intimité.

Co Corana

Co Corona

Il s’en fiche.

Et si je lui tordais le cou

La crise s’arrêterait …

Sacrifié il serait

Pour le bien de l’humanité

Qui sait ?

Episode 2 : 13 avril 2020

Nos voisins ont un coq

Qui chante

Du matin au soir

Il chante.

Co- Corona

Le cou je ne lui ai pas tordu

Oh non !

Coup de foudre

Je l’aime ce coq.

Co- Corona mon amour !

Son chant n’est pas devenu mélodieux

Avec régularité, application, sérieux

Il m’appelle

J’accours

Co -Corona mon amour !

Son chant rompt

Le grand silence du confinement.

Ses repères il ne les perd pas,

Ses repères sont devenus les miens

Il se lève je me lève.

Il se couche moi aussi.

Respectueux,

Quoiqu’il nous en coûte

Nous appliquons les règles de distanciation sociale.

Le cou je ne lui ai pas tordu

La crise ne s’est donc pas arrêtée !

Tant pis !

Co- Corona !

Episode 3 : 30 avril 2020

Nos voisins ont un coq

Qui chante

Du matin au soir

Il chante.

Co- Corona Co-Corona

Son cou ne lui ai pas tordu.

Sa crête et son jabot m’ont plu.

Co- Corona mon amour, Co-Corona mon amour

Mais hélas !

De jalousie mon mari s’est pris

 » C’est lui ou moi.

Regarde ta coiffure on dirait une crête !  »

 » Tu fais erreur, mon chéri, lui dis-je

C’est ma coiffure de confinement  »

ô Corona mon désespoir

Le mari ne voulut rien savoir

Et me somma de rompre.

Piteusement je me rendis chez mon voisin

 » C’ est quoi c’te tête ?  » me demanda le coq si fier de son plumage.

 » C’est ma coiffure de confinement.

Je ne peux pas faire autrement » sanglotai-je

Co-Corona Co-Corona mon désespoir.

L’animal n’en voulut rien savoir

et tourna les ergots, sans plus un regard.

ô Corona mon désespoir !

C’est ainsi qu’à la sixième semaine

du confinement de l’ An I

La rupture se fit.

M C. Ransan

Et les oiseaux continuèrent à chanter : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.