Les Encantats

Classé dans : Randonnées Montagne Séjours | 1

 

Rêverie enchantée en pays catalan (24-25-26 juin 2019)

Le parc national d’Aigues Tortes est un endroit idéal pour un tour dans le massif des  Encantats. On est fasciné par le mélange des reliefs qui avoisinent 3 000m en toile de fond, et par le décor des nombreux lacs, tous différents et séduisants. Ces lacs, au nombre total de plusieurs centaines, mettent à profit la moindre dépression : ils ressemblent aux flaques sur une plage quand la mer se retire. Au total, l’horizon catalan exerce un extraordinaire pouvoir de séduction. Dans cet environnement végétal et minéral d’une beauté magique, la nature est restée triomphante avec des paysages et des roches sauvages, loin des espaces ordonnés de la civilisation.

 Le lundi, après avoir laissé les voitures, le groupe se rend au sanctuaire rénové de Montgarri à travers les pâturages et forêts de Baqueira Beret. longe les eaux vives de la Noguera Pallaresa, appréciées tant des pêcheurs de truites que des kayakistes et autres canoéistes.Le dénivelé est idéal pour une mise en jambes, comme aussi la durée de la marche. Du  parking, le retour emprunte le col de la Bonaigua, limite de partage des eaux entre la Méditerranée et l’Océan, puis conduit à l’installation dans un très bon hôtel *** situé à Valencia d’Aneu.

Le lendemain, le départ s’effectue près du petit village d’Espot, en direction du refuge Ernest Mallafré et de l’Estany Sant Maurici. Celui-ci est entouré de bois de pins blancs qui, pouvant dépasser 60 mètres, offrent une protection efficace contre le soleil. La vue sur les aiguilles caractéristiques des « Monts Enchantés » est saisissante. La montée vers la cascade de la Ratera suit un chemin en surplomb du lac. Somptueuse !  L’arrivée au pied de la chute d’eau nécessite quelques efforts surmontés dans le respect du rythme de chaque randonneur.

Le mercredi, c’est l’accès par les Bains de Tredos, établissement thermal le plus haut d’Europe et aussi un des plus petits, qui est choisi en vue de se diriger vers l’Estan Major de Colomèrs, où abondent aconits et gentianes.Comme la veille, le dénivelé est de 450m. Après la montée au refuge et le pique-nique au bord d’un torrent se déversant dans le lac, une très large majorité abrège la descente en prenant une navette, cette journée ayant été la plus chaude du séjour. Avant le transfert à Auch, un pot a été pris sur place dans la bonne humeur.

C’est la fin d’un charme filant à toute allure et le début d’un quotidien redevenu boussole obsessionnelle. En tout cas, du lundi au mercredi, chacun a pu changer de mode de vie dans un lieu privilégié pour la marche. Michèle et Jacques ont su nous faire partager leur connaissance et leur passion d’un espace qui suscite curiosité et émerveillement, sentiments portés ici à un très haut degré d’intensité. Merci à eux, ainsi qu’aux dévoués chauffeurs !

BC.J

Les monts enchantés

Ponctuels et disciplinés, nous nous regroupons au Pla de Beret. Un chemin serpentant entre pins noirs aux troncs tourmentés et pâturages fleuris nous conduit au sanctuaire de Montgarri, lieu de pèlerinages encore organisés de nos jours.

La Noguera Pallaresa nous offre ses confortables berges pour pique-niquer. Certains ne résisteront pas au plaisir de faire une petite sieste sur ce douillet tapis verdoyant. L’apéritif préparé par Marcelle et soigneusement mis au frais par Jacques dans le lit du torrent aurait-il eu des effets soporifiques?

« Le choeur gersois » doit « arracher » Michel des bras de Morphée!!!! Un sacrilège en ce saint lieu…..Mais il faut repartir et affronter les lacets serrés du col de Bonaigua. Nos dévoués chauffeurs nous amèneront à Valencia d’Anëu à l’hôtel Morera, agréable et coquet établissement dont nous apprécierons le sourire du personnel, la qualité des repas et…le confort des chambres.

Mardi, frais et dispos, nous voilà donc partis vers le lac de San Maurici, alimenté par la tonitruante cascade de Ratera. Situé dans un environnement exceptionnel où cailloux arrondis et pins noirs rivalisent d’originalité, nous le découvrirons au détour d’un sentier ondulant dans la forêt dominée par les Encantats. Surveillant le parc national d’Aigües Tortes du haut de leur 2750 mètres, ces majestueuses crêtes dentelées découpent l’azur du ciel.

Michel nous aide à déceler, nichées entre deux aiguilles les mythiques silhouettes des deux bergers.Mais attention à la signification exacte des mots. Nous sommes dans les Pyrénées catalanes espagnoles… Il nous dira qu »Encantats » ne veut pas dire « enchantés », mais « pétrifiés ». D’autres termes du vocabulaire basique français prennent également des nuances différentes de ce côté de la frontière… » Se déchausser », ne signifie pas « n’enlever QUE les chaussures ». N’est-ce pas Christian? « Ranger », n’implique pas forcément un comportement réfléchi et logique. Demander à Maurice!!!

Dernière journée. Prudemment, certains aborderont la montée vers le lac de Colomers en empruntant la navette au départ des Bains de Tredos jusqu’au lieu de rendez-vous. D’autres suivront le chemin serpentant au gré des méandres du cours d’eau entre rhododendrons, myrtilliers et racines enchevêtrées . Un balisage sommaire nous conduit vers une zone marécageuse…. Pas de souci Michèle, c’est bien le bon itinéraire…. Et puis….Que la montagne est belle, comment peut-on imaginer en voyant cette touffe de linaigrettes que le lac est encore ….si loin…

Allez braves gersois, ne chantiez-vous pas hier soir avec conviction « Van camina, van camina »,

et bien, « caminons »…. Fabuleuse l’arrivée au bord du lac surplombé par des pics encore émaillés de plaques de neige étincelante. Séduits par ce panorama idyllique, nous flânons sur le barrage, les yeux éblouis par le bleu turquoise de cette eau si limpide qu’elle dévoile la profondeur des rochers ensevelis. Une invitation au calme. Seule une tumultueuse cascade trouble le silence. Le temps s’arrête……jusqu’à l’heure du retour.

Fin du Séjour … Une belle évasion soigneusement préparée dans les moindres détails par Jacques, Jean, Marcelle et Michèle. Un simple merci suffit-il à leur témoigner le plaisir qu’ils nous ont offert ? Peut-être, assorti de félicitations et.. d’encouragements dans leur quête vers de nouvelles destinations….

CHDD

Un grand merci Marcelle,ainsi qu’à tous ceux qui ont contribué à la réussite de ce super séjour.

Tout y était:lacs, paysages ,cascades,chapelles,pics et forêts,soleil……….

et surtout convivialité  et moments chaleureux d’amitié partagée sur les sentiers et autour d’une bonne table.

  Les chaussures et les bâtons sont prêts à repartir.

CH J P

                                  LOS ENCANTATS                                                  

 Les attentes étaient grandes.

Vous partez randonner où, leur demandait- on ?

Aux Encantats, en pays catalan .

Combien de temps ? Trois jours. Trois jours aux Encantats ?

Les plus connaisseurs de leurs amis avaient alors l’oeil plus pétillant qu’à l ‘accoutumée.

Ils choisirent avec soin leurs effets : on ne se prépare pas pour trois jours ‘ enchanteurs’ de vulgaire façon et ce d’autant plus ….

que des jours de chien ( dog days ou  dies caniculares ) s’annonçaient …la perspective d’un été meurtrier régalait déjà les media. L’ébullition de leur planète bleue préoccupait tous les marcheurs, bien sûr.L’école de la randonnée n’avait  pourtant  pas fait d’eux  les plus énergivores des citoyens .

Rien n’empêcherait leur rendez-vous dans ce pays.

Le ciel était bas, la brume singulièrement épaisse en quittant la capitale de la Gascogne. Même après Monlong, les Pyrénées se dérobaient. Ils perdaient leurs repères. Trois heures après, ils passaient de l’autre côté de ce rideau de brume.  A première vue, la carte postale familière était là : le soleil, les montagnes, le petit air frais revigorant dont le randonneur est friand.

Michelle, tout naturellement, leur indique qu’ils étaient arrivés dans la petite Mongolie. Ils se frottent les yeux : en effet un vaste espace sur lequel des chevaux paissent paisiblement de-ci de-là. Ils ne retinrent que le mot Mongolie : trois heures seulement, sans prendre l’avion, sans formalités douanières !  Petite Mongolie mais Mongolie tout de même. Marcelle s’était bien gardée de tout leur dire. Elle aussi avait un oeil encore plus pétillant qu’à l’accoutumée, vous ne trouvez pas ? Elle le savait :  » ses  » randonneurs la suivraient au bout du monde.

Ils y étaient.

La balade fut douce en descente dans ce vallon jusqu’au sanctuaire de Montgarri. Les Ariègeois y menaient autrefois leurs troupeaux en estive. On imagine les retrouvailles festives après un hiver le plus souvent rude, l’échange des nouvelles, l’annonce des naissances, le départ des anciens.

Premier pique-nique paisible ……..  si paisible dans le fond de ce vallon verdoyant qui invite Michel à s’abandonner à une sieste….  profonde. En une ronde silencieuse ses amis l’entourent et se mettent à fredonner un « Que canto » enchanteur, voire ensorcelant. Ce jour-là, la Mongolie a des accents pyrénéens.

Le lendemain, rendez-vous au sommet.

Les attentes étaient grandes.

Ils allaient faire la connaissance de ces deux géants de pierre qui _ sait-on jamais ? – leur demanderaient des  » contes « . Les randonneurs connectés s’étaient familiarisés – via Wikipédia – avec la légende de ces deux chasseurs pétrifiés pour n’avoir pas respecté le repos dominical !

Quelque sortilège les guettait-il ? Los Encantats ? Fallait- il formuler des incantations aptes à déjouer quelque maléfice ?

La nuit avait été bonne et plutôt fraîche. Les estomacs repus n’alourdissaient pas le pas des marcheurs qui longèrent le torrent bordé de résineux ou de bouleaux. La lumière du matin ainsi qu’une brise encore fraîche les accompagnait dans ce jardin d’Eden : hormis quelques fragiles pensées, peu de fleurs, il est vrai, mais ils tombèrent sous le charme de cet attrayant paradis. Leurs conversations légères s’accommodaient bien de cette harmonie.

Deux heures plus tard, ils atteignirent le lac Sant Maurici, une perle de lac d’un bleu nuit dominé par ces deux parois rocheuses intrigantes ……seule une observation minutieuse permettait de repérer deux petites pointes figurant les deux chasseurs à moins qu’il ne s’agisse d’un berger et de son chien…. à l’appréciation de chacun !

Sans être ensorcelés, les randonneurs n’en furent pas moins enchantés. Les merveilles de la nature ne cessaient de les ravir. Et que dire de cette cascade imposante, assourdissante qui couvrait (enfin !) leurs bavardages incessants …

Ce fut également la journée de Maurice égarant ses clés, soigneusement rangées dans la ceinture de son pantalon et dont on ne sait trop comment Christiane, après l’avoir enjoint de se déshabiller publiquement, débusqua la cachette ? Le rire en cascade- ensorcelant – de Christiane revigora les marcheurs éreintés mais ‘ enchantés ‘.

Devinez maintenant quelle contrée nous enchanta le dernier jour. C’est au pays des Trolles que , par magie, nous nous retrouvâmes .

Jeanine nous les promettait depuis deux jours. Les attentes étaient grandes.

Les uns s’imaginaient ces petites créatures surnaturelles et magiques de Norvège. N’étions-nous pas aux ‘ ENCANTATS’ après tout ? D’autres se remémoraient le film vu avec leurs petits- enfants il n’y a pas si longtemps ? Des animaux, peut-être ?

Autre jardin d’ Eden , plus marécageux , parsemé de fleurs des montagnes , de rhododendrons et , par endroits des globes jaunes aux pétales refermés éclairaient les sous-bois et les prairies verdoyantes. Emerveillement , photos pour tenter de percer le mystère de ces renoncules dont on se demandait bien quand elles daigneraient s’ouvrir.

La chaleur ce jour-là alourdissait les jambes. Bernard, cependant, parvint à motiver un bon nombre qu’ils pouvaient l’atteindre, ce lac de Colomers. Ils en furent ‘enchantés ‘ .

 Les attentes étaient grandes. Ils ne furent pas déçus.

Tous emportaient désormais avec eux un petit bout de ces Pyrénées catalanes si proches de la Gascogne.

 Un grand merci à Jacques et Michelle pour nous avoir fait partager leur attachement à cette petite parcelle de notre Terre.

M C R

  1. MICHÈLE MAXCH

    Très heureux de voir que vous avez aimé et partagé avec nous ce petit paradis du Val d’Aran !
    Merci à vous pour vos textes et à Bernard pour ces belles photos.
    Merci aussi de nous avoir entouré de votre amitié pendant ces trois jours .. avant de commencer les vacances par des jours plus difficiles..
    Bonnes vacances à tous
    Michèle et Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.