La pêche blanche de Montestruc sur Gers

Classé dans : A partager | 0

Gloire auscitaine du passé, tout le monde connaît la légendaire poire d’Auch. Des poètes ont chanté ses louanges, des sculpteurs l’ont immortalisée. Arnaud de Molles lui a offert une place d’honneur en intégrant son galbe sur les vitraux de la cathédrale d’Auch. D’éminents peintres anglais ont glorifié sur leur toile cette merveille de Gascogne.

Mais savez-vous qu’un autre fruit a fait la réputation d’un charmant petit village tout proche d’Auch ?

Connaissez-vous la pêche blanche de Montestruc sur Gers?

 

 

 

Comment cette variété cultivée en Chine depuis 3000 ans avant notre ère, arrivée en Europe à la fin du XVII ième, importée fort probablement de Perse, est arrivée à La Bourdille, la propriété de Monsieur Jean Porterie, arboriculteur à Montestruc ? Nul ne le sait…Sans doute la curiosité a-t-elle incité ce gersois à étoffer sa collection d’arbres fruitiers…

Vendant dans un premier temps sa production sur les marchés locaux et surtout celui de Tarbes, le célèbre montestrucois chercha d’autres débouchés commerciaux. Séduit par la saveur particulière de ce précieux fruit à la chair blanche très sucrée, il eut l’idée de préparer des conserves. Avec application, des mains expertes enlevaient la peau duveteuse des fruits et, méthodiquement, les disposaient, par quatre, dans des boîtes à sertir…Monsieur Porterie expédia un « échantillon » de sa production chez Fauchon, ce fleuron parisien de la gastronomie de luxe…

La réputation de la Pêche Blanche Carman de Montestruc était née ! Nous sommes en 1946 ! La conserverie des « Vergers de Gascogne » est créée à partir de ce produit phare, déjà recherché par les grands chefs étoilés et les épiceries fines. L’entreprise n’employait que de la main d’oeuvre locale et faisait appel à tous les artisans du village, de l’électricien se déplaçant en bicyclette avec les rouleaux de fil électrique autour du cou, outils et ampoules dans les sacoches, au forgeron chargé de souder les tuyaux d’adduction d’eau alimentant le plateau où le verger était planté. Prouesse à l’époque, construire une installation suffisamment puissante pour franchir le dénivelé des coteaux bordant le « Chemin des Pichots » ! Aujourd’hui, une partie de l’installation est encore visible et, en la voyant, on ne peut que deviner le savoir-faire et l’ingéniosité de l’électricien de l’époque, resté, fort longtemps un des quatre piliers de l’usine.

Au fil du temps, sous l’impulsion de ses créateurs puis de René Branet qui la dirigeait depuis 1997, la PME a diversifié sa production et ses marchés. Poires, mirabelles, abricots, ont rejoint la pêche. Aux fruits au sirop se sont ajoutés desserts et confitures, légumes en conserve, soupes et purées. Cependant la tradition artisanale est restée très ancrée. Le verger a disparu du paysage de Montestruc, mais l’approvisionnement reste régional et privilégie les fruits et les légumes en provenance du Lot et du Lot et Garonne.

Rachetée par Pascal Lafont en août 2013, l’entreprise réalise 30% du chiffre d’affaires en exportant vers une quinzaine de Pays d’Europe du Nord, le Japon et les Etats-Unis : son secret, la qualité, la sélection des produits et le soin dans la préparation de plus de 200 recettes à base de fruits et de légumes frais, natures ou cuisinés avant de partir vers les tables étoilées.

Les difficultés d’accès à l’usine pour des véhicules de plus en plus lourds, les contraintes d’adaptation des installations aux nouvelles normes sanitaires, obligent la fermeture des locaux de Montestruc et la construction de nouveaux bâtiments dans la zone industrielle de Fleurance en 2017. L’entreprise emploie une vingtaine de salariés, un effectif qui peut atteindre quarante personnes au pic de la saison des pêches blanches, période où 60 tonnes de fruits sont conditionnés.

Nous ne connaîtrons pas les secrets de ces préparations….Ne cherchez pas sur internet les recettes ci-dessous. Vous n’en trouverez que de pâles imitations, mais essayez celles-ci nées de la compétence et de « l’inspiration » d’une gourmande gersoise !

Magret de canard aux pêches : cuisez le magret, faites dorer les pêches dans du beurre et  disposez- les artistiquement autour du magret..

Une idée de dessert : mettez une boule de glace dans une coupe, ajoutez un oreillon de pêche au sirop et un nuage de chantilly….

Régalez-vous ! Et surtout, « gardez la pêche » !……

CH D

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.